mon parcours d’infirmière en détresse

mon parcours d'infirmière en détresse dans Sante pdfletre aux professionnels de santé.Je ne suis pas dépressive. Je travaille dans une zone sinistrée où, il n’y a que 7 cabinets d’IDEL. La population de ce secteur est de environ 80 000 habitants. Je ne vous parle pas de l’état des routes, ce ne sont que trous et nids de poule, chemin en terre qui à la saison des pluies deviennent impraticables si on n’a pas de 4/4. La rumeur, les propos négatifs, car J’AI INFORME LES PATIENTS DE LEURS DROITS ET DE LEURS DEVOIRS, PARCE QUE J’AI FAIT DES TRANSMISSIONS ÉCRITES AVEC LES MÉDECINS, POUR CRÉER UN RÉSEAU VILLE-HÔPITAL ET VICE-VERSA ME METTE DANS UNE SITUATION DE BANQUEROUTE. J’AIME CE PAYS DE FRANCE, PAS SEULEMENT POUR LA CHALEUR, MAIS AUSSI PARCE QUE C’EST UN PAYS MULTIETHNIQUES, MULTICULTURELLES, ET LES RENCONTRES SONT ENRICHISSANTES.

JE CONNAIS LES NATIONS AMERIENDIENNES, LES BUSHINENGUES, LES SARAMACAS, LES HAITIENS, LES BRESILIENS, LES COLOMBIENS, LES INDIENS D’INDE, LES GUYANAIS, LES GUYANIENS, LES VENEZUELIENS…..
J’arrête de lister, mais je tiens à vous signaler que j’ai soigné des capitaines de village, des shamans, des GRANMAN et cela est enrichissant sur un plan humain, je suis allée au coeur de l’Amazonie, à Maripasoula, situé sur le Haut-Maroni, atteignable soit par le fleuve en plusieurs jours de pirogue, soit par la seule ligne aérienne qui désert cette contrée.

Il semblerait que je « fasse « peur aux médecins, par la qualité de mon travail, et ma ténacité. Parce que j’ai voulu travailler comme je l’ai toujours fait en métropole et ailleurs, de quiproquos, en mauvaises interprétations, sans qu’une seule fois , l’on soit rentrer en contact avec moi, pour que je puisse rectifier le « tir », car tout c’est passé dans mon dos, je me retrouve mise au banc de la société médicale.

Aujourd’hui, je ne peux plus faire face à mes charges, mon 4/4 à une grosse panne, je ne peux pas payer les réparations, et malgré le méa-culpa que j’ai transmis aux médecins, je suis toujours mise de côté.emoticone  JE N’AI PAS LE DROIT AU TRAVAIL Si la situation ne se débloque pas dans peu de temps, je serai SDF.

Aidez-moi à partager nos points de vue, à m’aider à m’en sortir. Je me sens harcelée par cet état de fait, car tout le monde à un préjugé injuste à mon encontre. Ce blog me permet de montrer qui je suis réellement. Humaine, juste, passionnée par mon travail.

Grendaemoticone

daruta1964@orange.fr

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 

Laisser un commentaire