parcours chaotique d’une infirmière.

Continuons notre parcours dans ce pays magnifique, aux multiples contrastes, à une végétation tellement dense que l’on pense avoir à faire à un champs de brocolis….J’ai vu et sauvé un paresseux d’une mort certaine sur la route. Saviez-vous qu’il existe deux races de  paresseux. Les paresseux à trois doigts et ceux à deux doigts. Celui qui à 3 doigts est doux et pas agressif.L’autre à 2 doigts, mords et griffe violemment. Mais j’ai réussi à le porter dans une zone végétale.

Je rencontre aussi souvent, sur la route des petits singes araignées. Des serpents multicolores, extrêmement dangereux.

J’ai vu des hérons magnifiques, mais je n’ai pas eu le temps d’aller voir les tortues luth. J’habite à moins de 30 km de leur lieu de ponte, et c’est la saison actuellement. Il n’y a que 2 sites pour leur ponte. Awala-Yalimapo, et en Afrique.Vendredi dernier, une tortue luth  était perdue et ne retrouvait pas la mer. Il a fallu l’action de 8 hommes pour la transporter vers la mer. Cela vous donne une idée de sa taille.

J’aime réellement ce pays, on l’on ne me donne pas ma place en tant qu’infirmière libérale. Je suis dans la spirale de la banqueroute et quelques soient les démarches que j’entreprends pour casser cette image, entretenue par tous les professionnels de santé,  je me heurte à un mur d’incompréhension, de préjugés, de paroles mal interprétées, paroles déformées par les autres, et faisant de moi, un être avec des difficultés relationnelles. Tout ça car je garanti des soins de qualité avec conscience et que je m’intègre très bien dans ce paysage, avec les patients. J’ai trop dérangé le système, parce que je me suis permise de défendre et de sauver la vie de plusieurs patients. Comme ils refusent de m’entendre,  je suis jugée et condamnée sans appel. Il faut que je trouve un moyen de faire valoir mon droit au travail. Je ne suis pas méchante, mais cette situation qui perdure depuis 4 ans, m’affecte bien évidemment dans ma vie de professionnelle et ma vie privée. je ne souhaite à personne de vivre ce que je suis en train de vivre. Peu de personnes auraient résister aussi longtemps. C’est pas pour ça que je suis folle où  bonne à être enfermée. C’est comme si je j’étais dans un processus de harcèlement, mis en place par le système et que cela peut  aller jusqu’à ma mort sociale, déjà bien mise en place, mais aussi la mort physique, car tous les gens informés savent que souvent cela se termine ainsi. Je vous le répète, 7 cabinets d’infirmières libérales pour 80 000 habitants. Pathologies: diabète, 27% , SIDA, il CAVALE, ainsi que les MST, hypertension dans beaucoup de populations pauvres, dengue, paludisme résistant, recrudescence de la tuberculose, maladies d’Alzheimer, AVC à gogo, AVP liés au mauvais état des routes,naissances à foison, plus de 2000 accouchements annuels à la maternité la plus proche,  drogue, alcoolisation et toutes les maladies tropicales que vous pouvez rencontrer. BREF, IL Y A DU TRAVAIL POUR TOUT LE MONDE.

C’est comme si des consignes avaient été données pour que l’on m’ignore. J’envisage de faire une action médiatique, dés que ce blog fonctionnera.

Merci de m’avoir lue. Je réclame votre soutien.

Cordialement

Grenda

Laisser un commentaire