La santé dans l’Ouest-Guyanais.

Je tiens maintenant à vous parler de la « difficulté » de voir un médecin, dans cette région. Il y a peu de médecins. Il y a 9 cabinets de médecins libéraux . Comme c’est un pays  dont la majorité de la population est CMU ou AME, ATTENTION,CE N’EST PAS UNE CRITIQUE, MAIS UN CONSTAT. Plus les médecins du centre hospitalier de Saint-L du Maroni, en gros une vingtaine de médecins. Les urgences sont engorgées. La maternité effectue plus de 2000 accouchements annuels. Tout cela pour une population de 80 000 habitants. Quand on désire voir un médecin, il faut faire la queue dés 4 heures du matin et obtenir un ticket, sinon, revenir le lendemain où aller aux urgences.  ce système est instauré pour que les médecins déjà surchargés, puisent avoir un temps de repos et éviter le burn-out. L’aprés-midi, ce sont les RDV, qui sont difficiles à obtenir. Leur agenda est surbooké. Ils n’ont pas le temps de vraiment communiquer avec les professionnels de santé, la charge de travail étant trop lourde.Il est vrai aussi, qu’au début , il n’y avait qu’une seule infirmière libérale, installée maintenant depuis 24 ans. Depuis une dizaine d’années, le chiffre est en augmentation, avec l’arrivée de 6 infirmières réparties sur ce territoire énorme. C’est vraiment une zone sinistrée  en personnel médical et paramédical. L’arrivée de nouvelles infirmières libérales est pour eux une nouvelle approche qui leur demandent de s’adapter, mais ils ont beaucoup de mal à faire la démarche de collaborer avec toutes les paramédicales, donc , ils ont souvent une « infirmière attitrée ». Manquent-ils de confiance envers les paramédicales, c’est une question ouverte.

Mais ce n’est pas une raison pour « ignorer », les infirmières.

Nous sommes 2 à rencontrer des problèmes dans l’obtention des soins. Mon cas n’est pas unique. C’est ma situation qui l’est, car je suis en banqueroute, alors qu’il y a un potentiel énorme et que l’on devrait toutes « crouler » sous le travail.

Consulter le site de l’ARH de Guyane, le SROS en particulier et vous verrez que les besoins sont loin d’être couvert.

www.parhtage.sante.fr/re7/guy/site.nsf

Voilà, Grenda s’arrête là pour ce soir et j’attends votre aide, votre soutien

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 

Laisser un commentaire