Comment peut-on en arriver à une situation si dramatique?

Beaucoup de personnes me demandent comment on fait pour en arriver là?

Je n’ai pas toutes les réponses malheureusement, mais je suis en Guyane maintenant depuis 4 ans. J’étais à peine arrivée et même pas installée, que les infirmières ont porté plainte contre moi. Quand je l’ai appris, par la Sécu, ce n’était pas la première fois que des infirmières venant s’installer dans l’Ouest-Guyanais, avait eu droit au même traitement. Elles sont vite reparties. Mais comme à l’époque et parce que j’avais pris des « contacts » sérieux avec les médecins, les collègues, l’hôpital, les pharmacies, je pensais à ce moment là que tout marcherait. Et cela à marcher. J’ai eu du travail. mais il y a une raison qui a fait que je suis partie et que je peux pas l’écrire dans mon blog.Je l’écrirais sur Viadeo.

Et cela a entrainé l’engrenage, pas de travail, même dans des zones encore plus sinistrées, car il n’y a pas de paramédicaux installés, je parle de Maripasoula, à 4 jours de pirogue de Saint-Laurent, ou l’avion au départ de Cayenne, seule ligne desservant cette région.Il y a un centre de santé, qui n’a pas désirer collaborer avec nous. Ils ont déformés nos propos. J’ai fait appel au maire, au conseil régional, qui pourtant avaient plus qu’appuyer cette installation. En une après-midi, maison, cabinet, tout était fait. Le maire a tenté de vraiment débloquer cette situation en faisant appel aux pouvoirs publics. On ne lui a pas répondu. Devant les économies qui fondaient, je suis repartie en France, en abandonnant, toutes mes affaires. Là je me retrouve à Creil, Oise, et violemment confrontée au racisme car, même en tant que métropolitaine, j’ai été classée dans les gens inaptes à prendre en soins les mulsumans. Ce qui est une aberration , quand on sait que j’ai soigné des chefs d’état arabes au Val de Grâce. Je connais leurs coutumes, leur pudeur. Déjà au départ, je ne voulais pas quitter Saint-Laurent du Maroni, pour Maripasoula, alors que ma clientèle , venait petit petit. Il est normal dans le libéral, surtout dans une nouvelle région, d’attendre que ça se développe. Je commençai à avoir de bons contacts avec les médicaux.

Je ne voulais pas non plus de Creil, où je n’ai pas dégager de clientèle. J’arrivai de Guyane.

Alors, je suis revenue en Guyane, à Saint-Laurent du Maroni, car la Guyane me manquait terriblement. Pas pour la chaleur, mais pour la richesse des échanges humains avec les patients. et là, malgré le fait que je sois allée me présenter un nombre incroyable de fois aux médecins, aux pharmacies,  JE N’AI PAS EU DE TRAVAIL. Les réponses étaient, j’ai mon infirmière attitrée, il n’y aura pas de travail pour vous et  j’ai été chassée deux fois de l’hôpital , alors que j’y allais pour des raisons professionnelles.

Alors quand un de mes fidèles patients, m’a dit qu’à Mana, à 40 km de Saint-Laurent demandait une deuxième paramédicale, j’ai rencontré ce médecin, qui m’a donné en moins de 15 jours, plus de 40 visites/jours.

Pour moi, c’était enfin un miracle. Mais ce n’était qu’un mirage, car il a enlevé les soins sans justification, tout en reconnaissant mon professionnalisme, ma puissance de travail et mes compétences. Il savait que j’étais Banque de France, et devant la puissance qu’il a sur les patients, il leur a donné » la consigne » de ne pas me prendre. Bien sûr, tout cela est difficilement prouvable, tout ayant été dit oralement. La sanction pour le patient, c’est la menace de ne plus être suivi par lui. Ici, nous sommes dans un pays extrêmement croyant, et le médecin, ainsi que je l’ai déjà dit, est « Dieu » sur terre. On ne défie pas Dieu.

Voilà pour quelques infos de ce qui m’arrive et qui m’amène dans cette situation qui devient catastrophique.

Je ne veux pas quitter la Guyane, sachant en plus que ce problème concerne d’autres infirmières du secteur, et que cela se passe aussi en métropole. L’autre collègue, qui , apparement, ne veut pas rentrer en contact avec moi, a subit les mêmes effets que ce médecin, dés son arrivée. Mais comme elle a d’autres prescripteurs, elle s’en sort, mais c’est pas mirobolant.

Elle refuse de répondre au téléphone, et n’ouvre pas sa porte….

Cordialement

GRENDAemoticone

Laisser un commentaire