La santé dans l’Ouest-Guyanais.

6 juin 2009

Je tiens maintenant à vous parler de la « difficulté » de voir un médecin, dans cette région. Il y a peu de médecins. Il y a 9 cabinets de médecins libéraux . Comme c’est un pays  dont la majorité de la population est CMU ou AME, ATTENTION,CE N’EST PAS UNE CRITIQUE, MAIS UN CONSTAT. Plus les médecins du centre hospitalier de Saint-L du Maroni, en gros une vingtaine de médecins. Les urgences sont engorgées. La maternité effectue plus de 2000 accouchements annuels. Tout cela pour une population de 80 000 habitants. Quand on désire voir un médecin, il faut faire la queue dés 4 heures du matin et obtenir un ticket, sinon, revenir le lendemain où aller aux urgences.  ce système est instauré pour que les médecins déjà surchargés, puisent avoir un temps de repos et éviter le burn-out. L’aprés-midi, ce sont les RDV, qui sont difficiles à obtenir. Leur agenda est surbooké. Ils n’ont pas le temps de vraiment communiquer avec les professionnels de santé, la charge de travail étant trop lourde.Il est vrai aussi, qu’au début , il n’y avait qu’une seule infirmière libérale, installée maintenant depuis 24 ans. Depuis une dizaine d’années, le chiffre est en augmentation, avec l’arrivée de 6 infirmières réparties sur ce territoire énorme. C’est vraiment une zone sinistrée  en personnel médical et paramédical. L’arrivée de nouvelles infirmières libérales est pour eux une nouvelle approche qui leur demandent de s’adapter, mais ils ont beaucoup de mal à faire la démarche de collaborer avec toutes les paramédicales, donc , ils ont souvent une « infirmière attitrée ». Manquent-ils de confiance envers les paramédicales, c’est une question ouverte.

Mais ce n’est pas une raison pour « ignorer », les infirmières.

Nous sommes 2 à rencontrer des problèmes dans l’obtention des soins. Mon cas n’est pas unique. C’est ma situation qui l’est, car je suis en banqueroute, alors qu’il y a un potentiel énorme et que l’on devrait toutes « crouler » sous le travail.

Consulter le site de l’ARH de Guyane, le SROS en particulier et vous verrez que les besoins sont loin d’être couvert.

www.parhtage.sante.fr/re7/guy/site.nsf

Voilà, Grenda s’arrête là pour ce soir et j’attends votre aide, votre soutien

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

je parle de moi

2 juin 2009

Infirmière depuis 23 ans, j’ai toujours cette même passion pour mon métier . C’est pour cela que je ne comprends pas ce qui m’arrive. je sais que je suis assez impulsive et spontanée et franche et directe, mais ce ne sont pas des raisons pour ignorer quelqu’un. Je suis quelqu’un d’enthousiaste,  et j’ai été capable de soulever des montagnes.

Comme vient de me le dire un ami: « la coopération vaut mieux que la compétition »

le gros reproche que je puisse me faire est la recherche de la perfection, mais il faut que je lâche du lest.

C’est aussi facile d’abuser de moi au travers de ce défaut/qualité et de jouer avec ma naïveté, et de me mettre en position de ce que je ressens aujourd’hui, le harcèlement. Ce n’est pas diffamatoire envers qui que ce soit, mais c’est quotidiennement que je souffre de l’absence de travail, de relations humaines avec mes patients, et les professionnels de santé.

Autant travailler peut être un facteur de stress, mais il y a des solutions pour y remédier. Autant, passer  ,et ce depuis le 27 septembre 2008, date de mon dernier appel de clients, à espérer que le téléphone sonne une fois, deux fois, et plus encore et que j’ai du travail, est plus destructeur qu’autre chose. Voir le compte en banque qui ne couvre pas mes frais, et qui diminue, car je fais un effort violent pour assurer un minimum de dettes, sans certitudes pour le lendemain… Cela génère un stress énorme ajouté à la menace du TI et du TGI.Internet, ce blog, sont vraiment ma « thérapie » actuellement, pour tenter de tenir le coup.Mais je me rends bien compte que par moment, je suis en état de procrastination, je rumine des idées noires, je dors mal, avec beaucoup de cauchemars.Je commence à comprendre dans mon for intérieur et dans ma chair,  ce que ça peut représenter la perte d’emploi, même si j’ai fait preuve d’empathie, envers ceux qui en sont victimes. L’imagination que l’on se fait pour tenter d’aider les gens, et Dieux sait que je leur propose assistante sociale, ANPE, pôle emploi, et que je les motivent pour qu’ils obtiennent des aides fassent les démarches. Ils ne connaissent pas leurs droits, et ils on la vision du médecin qui est un « Dieu » sur terre. On ne s’oppose pas à Dieu, surtout qu’ici, ils pratiquent vraiment beaucoup et avec sincérité.Le vivre soit même change toute la donne, d’autant plus qu’en tant  indépendante, il est difficile de pouvoir accéder à ces aides. Il faut que je retrouve ce caractère de battante pour ne pas me laisser abattre.

Ce qui m’oblige à me lever chaque matin, c’est mes animaux: mes deux chiennes, Nettie et Maina, et mes 2 perruches inséparables, Léo et Léa.On me les a offertes. Et mes deux chiennes ont été récupérées dans la rue.

J’ai d’autres liens pour accéder à mon blog. Je vous les donne en vrac, car ils n’apparaissent pas dans les liens.

Je suis dans Google reader et igoole

http://gastonphoebus.unblog.fr/feed/ Flux RSS

Cordialement

GRENDAemoticone

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 
daruta1964@orange.fr

parcours chaotique d’une infirmière.

31 mai 2009

Continuons notre parcours dans ce pays magnifique, aux multiples contrastes, à une végétation tellement dense que l’on pense avoir à faire à un champs de brocolis….J’ai vu et sauvé un paresseux d’une mort certaine sur la route. Saviez-vous qu’il existe deux races de  paresseux. Les paresseux à trois doigts et ceux à deux doigts. Celui qui à 3 doigts est doux et pas agressif.L’autre à 2 doigts, mords et griffe violemment. Mais j’ai réussi à le porter dans une zone végétale.

Je rencontre aussi souvent, sur la route des petits singes araignées. Des serpents multicolores, extrêmement dangereux.

J’ai vu des hérons magnifiques, mais je n’ai pas eu le temps d’aller voir les tortues luth. J’habite à moins de 30 km de leur lieu de ponte, et c’est la saison actuellement. Il n’y a que 2 sites pour leur ponte. Awala-Yalimapo, et en Afrique.Vendredi dernier, une tortue luth  était perdue et ne retrouvait pas la mer. Il a fallu l’action de 8 hommes pour la transporter vers la mer. Cela vous donne une idée de sa taille.

J’aime réellement ce pays, on l’on ne me donne pas ma place en tant qu’infirmière libérale. Je suis dans la spirale de la banqueroute et quelques soient les démarches que j’entreprends pour casser cette image, entretenue par tous les professionnels de santé,  je me heurte à un mur d’incompréhension, de préjugés, de paroles mal interprétées, paroles déformées par les autres, et faisant de moi, un être avec des difficultés relationnelles. Tout ça car je garanti des soins de qualité avec conscience et que je m’intègre très bien dans ce paysage, avec les patients. J’ai trop dérangé le système, parce que je me suis permise de défendre et de sauver la vie de plusieurs patients. Comme ils refusent de m’entendre,  je suis jugée et condamnée sans appel. Il faut que je trouve un moyen de faire valoir mon droit au travail. Je ne suis pas méchante, mais cette situation qui perdure depuis 4 ans, m’affecte bien évidemment dans ma vie de professionnelle et ma vie privée. je ne souhaite à personne de vivre ce que je suis en train de vivre. Peu de personnes auraient résister aussi longtemps. C’est pas pour ça que je suis folle où  bonne à être enfermée. C’est comme si je j’étais dans un processus de harcèlement, mis en place par le système et que cela peut  aller jusqu’à ma mort sociale, déjà bien mise en place, mais aussi la mort physique, car tous les gens informés savent que souvent cela se termine ainsi. Je vous le répète, 7 cabinets d’infirmières libérales pour 80 000 habitants. Pathologies: diabète, 27% , SIDA, il CAVALE, ainsi que les MST, hypertension dans beaucoup de populations pauvres, dengue, paludisme résistant, recrudescence de la tuberculose, maladies d’Alzheimer, AVC à gogo, AVP liés au mauvais état des routes,naissances à foison, plus de 2000 accouchements annuels à la maternité la plus proche,  drogue, alcoolisation et toutes les maladies tropicales que vous pouvez rencontrer. BREF, IL Y A DU TRAVAIL POUR TOUT LE MONDE.

C’est comme si des consignes avaient été données pour que l’on m’ignore. J’envisage de faire une action médiatique, dés que ce blog fonctionnera.

Merci de m’avoir lue. Je réclame votre soutien.

Cordialement

Grenda

mon parcours d’infirmière en détresse

30 mai 2009

mon parcours d'infirmière en détresse dans Sante pdfletre aux professionnels de santé.Je ne suis pas dépressive. Je travaille dans une zone sinistrée où, il n’y a que 7 cabinets d’IDEL. La population de ce secteur est de environ 80 000 habitants. Je ne vous parle pas de l’état des routes, ce ne sont que trous et nids de poule, chemin en terre qui à la saison des pluies deviennent impraticables si on n’a pas de 4/4. La rumeur, les propos négatifs, car J’AI INFORME LES PATIENTS DE LEURS DROITS ET DE LEURS DEVOIRS, PARCE QUE J’AI FAIT DES TRANSMISSIONS ÉCRITES AVEC LES MÉDECINS, POUR CRÉER UN RÉSEAU VILLE-HÔPITAL ET VICE-VERSA ME METTE DANS UNE SITUATION DE BANQUEROUTE. J’AIME CE PAYS DE FRANCE, PAS SEULEMENT POUR LA CHALEUR, MAIS AUSSI PARCE QUE C’EST UN PAYS MULTIETHNIQUES, MULTICULTURELLES, ET LES RENCONTRES SONT ENRICHISSANTES.

JE CONNAIS LES NATIONS AMERIENDIENNES, LES BUSHINENGUES, LES SARAMACAS, LES HAITIENS, LES BRESILIENS, LES COLOMBIENS, LES INDIENS D’INDE, LES GUYANAIS, LES GUYANIENS, LES VENEZUELIENS…..
J’arrête de lister, mais je tiens à vous signaler que j’ai soigné des capitaines de village, des shamans, des GRANMAN et cela est enrichissant sur un plan humain, je suis allée au coeur de l’Amazonie, à Maripasoula, situé sur le Haut-Maroni, atteignable soit par le fleuve en plusieurs jours de pirogue, soit par la seule ligne aérienne qui désert cette contrée.

Il semblerait que je « fasse « peur aux médecins, par la qualité de mon travail, et ma ténacité. Parce que j’ai voulu travailler comme je l’ai toujours fait en métropole et ailleurs, de quiproquos, en mauvaises interprétations, sans qu’une seule fois , l’on soit rentrer en contact avec moi, pour que je puisse rectifier le « tir », car tout c’est passé dans mon dos, je me retrouve mise au banc de la société médicale.

Aujourd’hui, je ne peux plus faire face à mes charges, mon 4/4 à une grosse panne, je ne peux pas payer les réparations, et malgré le méa-culpa que j’ai transmis aux médecins, je suis toujours mise de côté.emoticone  JE N’AI PAS LE DROIT AU TRAVAIL Si la situation ne se débloque pas dans peu de temps, je serai SDF.

Aidez-moi à partager nos points de vue, à m’aider à m’en sortir. Je me sens harcelée par cet état de fait, car tout le monde à un préjugé injuste à mon encontre. Ce blog me permet de montrer qui je suis réellement. Humaine, juste, passionnée par mon travail.

Grendaemoticone

daruta1964@orange.fr

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

infirmière en detresse

29 mai 2009

daruta1964@orange.fremoticoneJe m’adresse à vous, à nous les infirmières, parents pauvres du système de santé. Je suis IDEL, et les médicaux peuvent faire obstruction à nos soins. Ausi, je vous demande que l’on puisse échanger nos points de vue, et créer une réelle entraide entre toutes les infirmières du monde. Pas de politique, juste un espace d’échange et de communication, où l’on s’exprime correctement, lister les difficultés rencontrées, en  libéral où à l’hôpital, et aux étudiants.Nous avons des idées, mais bien peux nous aident. Cette profession est gangrénée par le terme de vocation , abnégation,obeissance, soumission. Je suis aussi ouverte aux avis des médicaux et paramédicaux de tout ordre.

Au fil de ce blog, je vous raconterai mon parcours.

Grenda

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Bonjour tout le monde !

29 mai 2009

Bienvenue sur Unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.

1...34567